« Jeu de peindre » ?

Dans un atelier du « jeu de peindre » la feuille qui recueille la trace libre du participant devient le paradis.

C’est une ouverture sur un espace où tout est possible dans une mesure insoupçonnée.

« Le Jeu de Peindre c’est un atelier de peinture libre. C’est peindre librement, sans jugement, avec peu de contraintes. Peindre ce que l’on a envie, sans commentaire extérieur souvent imposé (ou que l’on impose à nos enfants… « il manque quelque chose à ton personnage », « ton arbre n’est pas droit », « pourquoi ton soleil est bleu ? », etc.…).

L’art de peindre appartient aux artistes. Le Jeu de Peindre appartient à tous les autres. Par le Jeu de Peindre, tout être humain est capable d’exprimer ce qui ne pourrait être manifesté par aucun autre moyen. Mais pour que la trace ait cette vertu, elle doit se produire dans des circonstances appropriées. Alors, au lieu d’appartenir à l’art, elle est la « Formulation ». En créant un lieu spécifique pour le Jeu de Peindre, un espace de quiète aisance, Arno Stern a rendu possible la Formulation, une manifestation sans précédent : une trace exempte du rôle de la communication. Elle puise dans la Mémoire Organique, dont il a révélé l’existence, et que les neurophysiologistes, généticiens, embryologistes… ont découverte de leur côté. La connaissance de la Formulation donne un autre regard sur ce que, communément, on appelle le dessin enfantin. Bien des notions habituelles disparaissent alors, notamment l’idée de l’existence d’un don, ou d’un handicap, comme aussi la manie d’interpréter la manifestation de l’enfant et de déceler de prétendus messages secrets enfouis dans ses représentations…Arno Stern parle d’un âge d’or. C’est ce quart de siècle qu’il a connu, après avoir inventé le Clos lieu, où des centaines de personnes ont vécu des heures exaltantes, des enfants de tous âges, dont les facultés de jouer étaient intactes. Ils oubliaient, dans le Clos lieu, les ennuyeuses leçons de dessin et vivaient ainsi la Formulation dans toute son extraordinaire intensité. Est venue l’éducation artistique, avec ses écrasantes notions, empruntées au domaine de la création artistique. Elle a obstrué les canaux de la spontanéité. L’enfant est devenu un artiste de parodie, qui produit pour récolter la récompense des adultes complaisants (et complices, sans s’en douter, d’un saccage irréparable). Ce qui, quotidiennement, se produisait chez tant et tant d’enfants dans le Clos lieu, un plaisir dont ils se souviennent, avec émotion, trente ou quarante ans plus tard, devrait être accordé à tous les enfants, les réjouir, faire d’eux des êtres accomplis. Mais une éducation malencontreuse a détruit en eux toute spontanéité et en a fait des êtres stériles, déséquilibrés, qui manifestent bruyamment leur inassouvissement. Arno Stern fait savoir ce qu’est la Trace naturelle. S’il est urgent de sauver, dans notre environnement, toutes les espèces menacées de disparition, il est urgent de sauver aussi le paysage intérieur de l’humain, afin que revienne un nouvel âge d’or de l’Expression.​ »                     Le jeu de Peindre, Publié par Arno Stern  le 25 Mai 2016